Le suicide chez la personne âgée

Les personnes âgées ne montrent pas leur détresse de façon visible et bruyante

Beaucoup de personnes âgées se suicident. Cette dure réalité reste encore occultée, car le geste suicidaire est souvent masqué ou justifié par une maladie invalidante. « La crise du vieillissement » oblige à renoncer à l’illusion de l’immortalité. Au début, c’est un simple changement d’habitude, d’humeur, de comportement puis la mort attendue et même la mort désirée.

Les situations à risque sont nombreuses :

  • L’isolement, le veuvage, la perte de relations sociales et familiales
  • L’accès difficile à un système de soins par ailleurs mal adapté à l’âge
  • La perte d’autonomie
  • Le départ en maison de retraite qui implique une modification de l’environnement
  • Les situations de maltraitance
  • La précarité financière
  • Les deuils
  • Le changement, la perte de repères dans la vie quotidienne

Les facteurs personnels :

Chez les hommes la tentative de suicide est très souvent fatale. Chez les femmes on compte 3 tentatives de suicide pour 1 suicide.

  • Les pathologies, les maladies somatiques, les maladies héréditaires, les maladies psychiques invalidantes, la dépression

Les signes d’alertes :

Quand l’isolement, la perte de repères, le sentiment exprimé d’inutilité sont trop forts, alors s’installent :

  • La perte de l’estime de soi « je dérange, je ne sers à rien », l’impuissance, l’inutilité et l’incapacité
  • Le désinvestissement de la réalité voire la régression ou la confusion qui peuvent être pris à tort pour de la démence
  • Les troubles du sommeil, le refus de soin et d’alimentation
  • Les plaintes somatiques diverses
  • Le repli sur soi, l’indifférence
  • Les transformations corporelles et environnementales dues au vieillissement
La répétition de plusieurs signes précurseurs doit alerter lorsque leur durée et leur intensité augmentent.