Refuser la fatalité du suicide

L

e suicide, inscrit hélas dans l’histoire des hommes depuis toujours, dérange : il questionne le sens de la vie, de la relation aux autres et il interroge la médecine. Car le suicide est d’abord une violence retournée contre soi. Il faut le rappeler à un moment où la violence sociale est au cœur de nos préoccupations.

Depuis quelques décennies, grâce à la naissance des actions de prévention du suicide et aux progrès de la médecine d’urgence et de réanimation, au nombre de ceux qui meurent de leur acte, s’est ajoutée la grande cohorte des survivants. Le suicide n’est plus seulement la mort, c’est aussi la tentative qui laisse la personne en vie et qui maintient la parole.

Depuis dix ans déjà l’Union Nationale pour la Prévention du Suicide, qui regroupe des professionnels, des écoutants, des familles, est mobilisée pour convaincre l‘opinion et les pouvoirs publics que la prévention du suicide est

possible, que la mort volontaire n’est pas une fatalité, que chacun peut être – quels que soient ses compétences et son environnement – un acteur de la Prévention ; ce guide réalisé en partenariat avec MACIF Prévention – engagée aux côtés de l’UNPS depuis de nombreuses années – veut aider les uns et les autres à le devenir.

Nous témoignons ainsi de notre engagement commun à aider les jeunes qui s’interrogent sur leur avenir, les adultes confrontés aux ruptures conjugales et sociales, les personnes âgées qui se vivent comme une charge pour leurs proches, toutes celles et ceux qui sont dans le désespoir, à retrouver – grâce à cette main tendue – l’envie de la vie.

Professeur Michel DEBOUT
Président de l’UNPS